CONFÉRENCE TOUCHANTE ET FRACASSANTE À LA CITÉ-ÉCOLE

CONFÉRENCE TOUCHANTE ET FRACASSANTE À LA CITÉ-ÉCOLE

Texte : Renée-Claude Leroux, organisatrice communautaire

Comment une vie peut-elle basculer en quelques minutes? Comment, l’espace d’une mauvaise décision, les conséquences peuvent-elles avoir un impact définitif pour le reste de notre vie? Voici ce que monsieur Jonathan Plante a lancé comme message, le lundi 18 mars dernier, dans le cadre de la semaine de la prévention des accidents du travail pour les élèves, organisée par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail.

Il y des personnes qu’on n’oublie pas facilement, des messages qui nous touchent particulièrement. Ce fut le cas avec la conférence de monsieur Jonathan Plante, un jeune homme devenu paraplégique à la suite d’un accident de travail survenu le 12 mars 2007. Pour gagner 15 minutes de son temps, Jonathan Plante, charpentier-menuisier, a choisi de ne pas s’attacher. Un faux mouvement, une perte d’équilibre et il a fait une chute d’environ 15 pieds. Il est tombé sur le dos… ce fut la dernière journée où il a marché. Tout s’annonçait pour être une journée ordinaire et, en quelques instants, tout a basculé et modifié le cours de sa vie à tout jamais.

On aurait pu entendre une mouche volée dans l’auditorium lorsque ce jeune homme raconte son histoire. Il se présente avant et après le 12 mars 2007. Ouf! c’est fulgurant. Jonathan Plante était un jeune homme dynamique, qui n’avait peur de rien, qui avait des projets, qui aimait les sensations fortes… il a dû changer ses plans. Il raconte simplement, sans ajouter de sensationnalisme. De l’entendre parler des conséquences au quotidien dans sa vie, de présenter tous les petits deuils qu’il doit faire tous les jours, des gestes simples qui deviennent compliqués, c’est suffisant pour nous faire réfléchir. Sa force de caractère l’a certainement aidé à surmonter ces obstacles, mais il mentionne que sa famille et ses amis ont été l’élément important qui lui a permis de vivre. Il mentionne sans arrêt qu’il a été chanceux de les avoir. Ils ont fait la différence.

Il n’y a pas une journée depuis où il ne revoit pas cette journée du 12 mars 2007. Tous les matins, il doit faire le même geste, soit prendre son fauteuil roulant… Si vous avez l’occasion d’assister à cette conférence, je vous la recommande. « Ça n’arrive qu’aux autres… » voici des paroles que Jonathan Plante ne peut plus prononcer. Soyez prudents, assurez-vous d’être en sécurité, n’hésitez pas à poser des questions. Il y a des gestes qu’on pose ou qu’on ne pose pas qui peuvent avoir des répercussions pour le reste de votre vie…