UNE RECONNAISSANCE BIEN MÉRITÉE!

UNE RECONNAISSANCE BIEN MÉRITÉE!

Texte : Charles Labrie

C’est le 13 juin 2018 à l’heure du dîner. Grâce à un quiproquo remarquable, monté par notre directeur, M. André Lachapelle et Émilie Trudel, notre ministre des Communications au Parlement au secondaire, on a vécu là un moment de grâce. Il s’agissait de « piéger » notre ancien directeur des années 2004 à 2014, M. Claude D. Giguère, dans un scénario reconnaissance afin de créer l’effet de surprise. Tout a parfaitement fonctionné! Le tout animé par une jeune fille maniant avec art la communication.

Plusieurs enseignants, le directeur de la commission scolaire, M. Martial Gaudreau, des jeunes nouvellement élus comme ministres du Parlement au secondaire 2018-2019, des membres de la famille, des amis de M. Giguère et son complice de l’époque lors de l’élaboration d’une demande de subvention du ministère des Affaires municipales du Québec, M. Danyel Bouffard, ont applaudi, ovationné et chanté ces grands moments de reconnaissance. Des témoignages de jeunes du Parlement, très bien sentis, d’enseignants alliés indéfectibles et des complices éclairés au conseil sur la persévérance, la réussite et l’excellence scolaires, Mme Renée-Claude Leroux, M. Danny Di Stefano et moi-même, avons créé une atmosphère très émouvante, à l’occasion teintée d’humour. C’est sans oublier les propos intimistes de sa conjointe, de sa fille et de sa belle-fille. Quelle émotion dans la salle Jacqueline-Loiselle! Notre invité, très touché (ça se voyait), encore inspiré et passionné par le projet de Cité-école, ne tarissait d’éloges pour le projet de toute une équipe dont le cœur battait, pendant dix années, au rythme de la persévérance scolaire. Il fallait y être pour vivre ces moments historiques à la Cité-école qui, pas à pas, bâtit son histoire bien ancrée dans l’action continue et la reconnaissance de ses principaux acteurs, c’est-à-dire les enseignants, d’abord, comme le rappelait l’invité. On pouvait se dire : « Coup donc, il s’est passé quelque chose d’important au cours de toutes ces années! »

Dorénavant, notre mairie sera habitée du nom de CLAUDE D. GIGUÈRE. Une plaque commémorative, très esthétique, décrit les grands moments d’une décennie de cet « acteur » humaniste passionné. Quand une école commence à nommer ses lieux de « faiseurs d’école », c’est qu’elle vit, qu’elle se donne une identité, une appartenance, une mémoire collective. Tout cela sera toujours un chantier ouvert, chaque jour d’école, car comme la vie, tous nos projets seront inscrits à l’enseigne de la fragilité.